Project Description

Industries pharmaceutiques, cosmétologiques et de santé:
gestion, production et valorisation.

Type de formation : Licence Professionnelle – Formation en un an
Liste des parcours :
Qualité de la Production des Produits Pharmaceutiques et Cosmétiques (Q3PC) – (UPSUD) ; Service Clients en Instrumentation et Réactifs de Laboratoires (SC-IRL) – (UPSUD) ; Vente, Marketing en Instrumentation et Réactifs de Laboratoires (VM-IRL) – (UPSUD) ; Conseiller Spécialisé en Herboristerie et Produits de santé à base de Plantes (CSHPSP) – (UPSUD)
Lieu(x) d’enseignement : UFR PHARMACIE (UPSUD)
Contact : Laurence Sara KAROLAK – sara.karolak@u-psud.fr

La mention de licence professionnelle « Industries Pharmaceutiques, Cosmétologiques et de Santé: Gestion, Production et Valorisation » vise à former, par la voie de l’apprentissage, des techniciens supérieurs spécialisés dans le domaine de l’analyse physicochimique et microbiologique, dans un environnement d’assurance qualité, soit sous l’angle de la mise en œuvre des contrôles dans le cadre du suivi de production ou celui de la maîtrise des réactifs et appareils utilisés pour l’analyse.

Le parcours Q3PC vise à former des techniciens supérieurs spécialisés dans le contrôle et l’assurance qualité de la production dans les entreprises du médicament, les entreprises du cosmétique, chez les sous-traitants et chez les façonniers. Les diplômés maîtrisent la formulation et la production des produits de santé, leur contrôle, leur réglementation et sont formés à l’assurance qualité de façon générale et spécifique. Ils possèdent les qualités relationnelles nécessaires à leur prise de fonction à l’interface technicien / cadre. Ils sont capables de mettre en œuvre les procédures de contrôles adaptées à l’étape de production, de les interpréter et d’établir un rapport.

Le parcours SC-IRL vise une double compétence de diplômés de filières électronique, électromécanique, génie mécanique ou mesures physiques en leur apportant la connaissance du vocabulaire spécifique des techniques de mesure et du travail réalisé dans des laboratoires de biologie, de chimie ou d’analyse médicale. Ils sont capables de communiquer avec le client, d’appréhender les spécificités des méthodes d’analyse et de comprendre les besoins. Ils assurent l’installation et la maintenance des matériels de laboratoire et peuvent choisir entre missions sédentaires (atelier ou assistance téléphonique), ou chez le client.

Le parcours VM-IRL vise également une double compétence pour des titulaires diplômés Bac +2 en biologie ou chimie en leur apportant des compétences en techniques de vente, gestion et marketing. Les diplômés peuvent évoluer au sein d’entreprises (de la PME à la multinationale) de fourniture et/ou fabrication d’instrumentation et de réactifs de laboratoire. Les secteurs d’activité sont étendus : chimie, biologie, analyse médicale, instrumentation médicale, dispositifs médicaux, analyse industrielle.

Les trois parcours sont complémentaires, conduisant à des métiers qui interagiront : les diplômés du parcours SC-IRL sont formés aux principes des techniques d’analyses et à l’évaluation des performances des appareils / méthodes qu’ils vont installer / réparer chez leurs clients , les diplômés du parcours VM-IRL comprennent les besoins spécifiques de leurs clients et les exigences auxquelles ils sont contraints de façon à leur proposer une offre adaptée, les diplômés du parcours Q3PC, utilisateurs des techniques / appareils peuvent échanger à l’occasion de projets d’investissement ou lors de résolution de problème dans le cadre de leurs activités de contrôle.

Un quatrième parcours, CSHPSP, est ajouté à cette mention concernant le domaine de l’herboristerie, secteur actuellement en plein essor et qui demande des personnes spécialisées dans la production et la vente des produits de bien-être /santé à base de plantes de statut non médicamenteux. Ce parcours présente plusieurs points communs avec les trois parcours initiaux, à savoir des connaissances relatives à la production, le contrôle de l’identité des matières premières et des produits finis, la réglementation de la production, de la transformation et de la commercialisation, le conseil au client.

Les quatre parcours visent à former des techniciens supérieurs spécialisés dans la production et contrôle qualité des produits de santé, au niveau des méthodes, des appareillages et des applications. Ils occuperont des postes nécessitant de connaître l’environnement réglementaire général et spécifique des entreprises du secteur, l’assurance qualité et les règles d’hygiène et sécurité. Ils occuperont des postes nécessitant une forte interaction avec des collègues, des supérieurs et des clients. Le quatrième parcours concerne également le référencement et la dispensation. De ce fait, certaines compétences sont communes aux quatre parcours :

1. Capacités liées aux rapports humains et organisationnels en entreprise :
Ces capacités sont celles décrites dans les blocs de compétence 1, 2 et 3 de la fiche RNCP 30075.

Échanger par écrit et oral, en français et en anglais, dans le cadre de son activité.

Rédiger des rapports et préparer des communications orales en utilisant un traitement de texte, un tableur, un logiciel de présentation et un logiciel de dessin.

Rechercher un renseignement précis d’ordre professionnel par tout moyen, y compris Internet.

Communiquer et transmettre des données par Internet.

Travailler dans un environnement informatique de travail collaboratif.

S’adapter à ses interlocuteurs pour faire comprendre et accepter un message professionnel.

Analyser son activité et celle de son service pour la positionner dans le projet de l’entreprise, du groupe et comparativement à la concurrence.

2. Capacités liées aux particularités du secteur d’activité :
Ces capacités sont celles décrites dans les blocs de compétence 4, 5 et 8 de la fiche RNCP 30075.

Par ses connaissances des réglementations et des normes, savoir intégrer et organiser son travail pour répondre aux exigences du cahier des charges, aux demandes des autorités de tutelle et aux remarques émises lors d’inspections, annoncées ou inopinées.

Intervenir dans la préparation, le déroulement et le suivi d’une inspection, d’un audit interne ou externe.

Gérer son activité en ayant intégré, à toutes les étapes, les attentes des consommateurs / clients.

Appréhender les enjeux directs et indirects de la non qualité.

Les compétences spécifiques des 4 parcours correspondent aux blocs de compétence 2, 6 et 7 de la fiche RNCP 30075.

– Étudiants issus de filière chimie/biologie/biotechnologies pour les parcours Q3PC et VM-IRL (L2, BTS, DUT)

– Étudiants issus de filière électronique/électromécanique/physique pour le parcours SC-IRL (L2, BTS, DUT)

– Étudiants issus de filière chimie/santé/diététique pour le parcours CSHPSP (L2, BTS, DUT, BP préparateur en pharmacie)

  • Secteur d’activité :

Pour le parcours Q3PC, les métiers visés concernent le contrôle et l’assurance qualité :

Contrôle (physicochimique, microbiologique), qualification/validation de systèmes ou procédés, validation de transposition industrielle, recherche et développement, formulation

Assurance qualité liée au développement et à la fabrication de produits de santé.

Les domaines d’activités concernés sont : l’assurance qualité, le contrôle qualité, les procédés, les ateliers de fabrication, les laboratoires d’essais et d’étalonnage accrédités, les services de métrologie.

Les métiers sont énoncés clairement :

  • Technicien supérieur en contrôle
  • Technicien supérieur en qualification / validation
  • Technicien supérieur en recherche et développement
  • Technicien supérieur en assurance qualité

Pour le parcours SC-IRL, les débouchés sont les suivants:

  • « Ingénieur » service clients / Technicien de maintenance : installations d’instrumentation de pointe sur site, maintenances curatives et préventives, diagnostic de panne, remise en état du matériel de laboratoire aux conditions standards. Promotion des contrats de maintenance et proposition des solutions technologiques adaptées à la clientèle.
  • Technicien hotline : premier contact entre le client et l’entreprise pour gérer et traiter par téléphone et courriel l’ensemble des problèmes rencontrés par les utilisateurs des équipements de laboratoire.

Pour le parcours VM-IRL, les débouchés sont ceux de la vente et du marketing et se positionnent en itinérant ou en sédentaire, dans le service commercial des entreprises de fourniture et fabrication d’instrumentation et de réactifs de laboratoire (de la PME à la multinationale) :

  • « Ingénieur » technico-commercial
  • « Ingénieur » d’application, secteurs du commercial et du marketing
  • Chargé marketing

Pour le parcours CSHPSP, les métiers visés concernent l’herboristerie en vente directe ou dans des commerces. Les débouchés sont :

  • Conseiller en herboristerie et produits à base de plantes en pharmacie, parapharmacie, boutique spécialisée, grande et moyenne surface.
  • Technicien spécialisé en production / transformation (de statut alimentaire ou cosmétique) de plantes chez des producteurs de plantes à parfums, aromatiques et médicinales (PPAM), des grossistes

Insertion pro :

Secteur de la production et du contrôle des produits de santé:

Technicien supérieur en contrôle
Technicien supérieur en qualification / validation
Technicien supérieur en recherche et développement
Technicien supérieur en assurance qualité

Secteur du matériel et des réactifs de laboratoire:

« Ingénieur » service clients / Technicien de maintenance
Technicien Hotline
« Ingénieur » technico-commercial
« Ingénieur » d’application, secteurs du commercial et du marketing
Chargé marketing

Secteur de l’herboristerie et des produits à base de plantes :

– Conseiller (approvisionnement, transformation, commercialisation, vente)
– Vente/conseil et pharmacie/parapharmacie, boutiques spécialisées, grande et moyenne distribution
– Vente et distribution chez le producteurs et grossistes

Il n’y a pas de passerelle dans le sens où cette mention constitue une spécialisation pour des diplômés de L2, BTS ou DUT. Elle se positionne donc dans l’offre de spécialisation offerte aux diplômés bac+2.

Chaque parcours développe une approche projet en plus de la réalisation du projet tuteuré.

Le projet tuteuré se déroule dans l’entreprise d’accueil pendant 4 semaines sur les périodes janvier-février, février-mars ou août-octobre selon les parcours. Ce projet fait l’objet d’une soutenance orale et d’un rapport écrit. Le sujet est établi après proposition par le maître d’apprentissage et validation par le tuteur pédagogique. Il est demandé pour ce choix que le sujet soit le plus individualisé possible du reste des missions de l’année.

Pour le parcours Q3PC, les sujets sont très variés mais souvent liés à une problématique de validation, qualification ou structuration de processus avec mise en place de la documentation.

Pour le parcours VM-IRL, les sujets portent très souvent sur des études de concurrence ou des études de marché ponctuelles.

Pour le parcours SC-IRL, les sujets peuvent concerner une problématique de panne, le développement d’une solution technique ou la qualification de matériel.

Pour le parcours CSHPSP, le projet tuteuré visera à impliquer l’étudiant dans la mise en place d’une gamme au sein de l’entreprise, de l’approvisionnement à la mise en valeur marchande, en incluant les éléments relatifs au conseil associé ainsi que les éléments réglementaires (télédéclaration et éléments afférents).

Dans le cadre des enseignements pratiques, il est demandé aux apprentis de réaliser des projets : projets réactifs, projet informatique, projet instrumentation, projet intervention curative pour le parcours SC-IRL. Ces projets peuvent reposer sur des mises en situation : établissement d’un plan promotionnel des ventes, présentation et préparation d’un salon professionnel, étude et création d’une entreprise, cas pratique de droit, création de supports de communication (flyer, kakémono) pour le parcours VM-IRL, réparation de matériel pour le parcours SC-IRL.

Les apprentis de Q3PC réalisent un projet final, présenté en septembre, permettant une approche transversale des acquisitions de l’année. Il s’agit de développer la production d’un produit de santé en présentant les contrôles de matières premières, le procédé de fabrication et les contrôles associés, la libération du produit fini. Toutes ces activités doivent inclure la qualification des appareils/installations et la validation des procédés/méthodes tout en intégrant les obligations réglementaires générales et spécifiques à la classe de produit.

Les apprentis du parcours CSHPSP ont à réaliser un herbier numérique à l’aide d’un logiciel dédié leur permettant d’aborder pour chaque plante répertoriée les données de phytochimie et pharmacognosie ainsi que les conseils associés à leur utilisation suivant la forme d’administration proposée.
Ces projets mettant en application les connaissances scientifiques, théoriques et pratiques, font l’objet de présentation écrite et/ou orale leur permettant d’améliorer les compétences dans le domaine de la communication.

Tous les parcours comprennent un projet tuteuré (4 à 6 ECTS selon parcours – 140 heures, réalisés en entreprise) et un projet de synthèse (1 à 3 ECTS selon parcours). Selon les UE, il peut y avoir des petits projets par étudiant ou par binôme pour présenter un sujet spécifique en rapport avec les enseignements. C’est notamment le cas des enseignements pratiques où il est demandé aux apprentis de présenter un cas pratique pour évaluer leur niveau d’acquisition. Ces projets ne sont pas comptabilisés ci-dessous.

Les projets de synthèse sont réalisés en présentiel ou en distanciel pour un nombre d’heures variables, proche de 20 heures en comptant le temps personnel.

Les 4 parcours fonctionnent en apprentissage:
Q3PC: 3 semaines de cours/3 semaines en entreprise en moyenne puis juillet-août en entreprise
SC-IRL: 2 ou 3 semaines de cours / 3 ou 4 semaines en entreprise puis juillet-août en entreprise
VM-IRL: période de 4 semaines de cours en début de formation puis 1 semaine de cours/ 1 à 2 semaines en entreprise puis juillet-août en entreprise.
CSHPSP: 1 semaine de cours / 2 semaines en entreprise et mi-juillet-août en entreprise.

Information bientôt disponible

Chaque apprenti est suivi durant l’année par un tuteur pédagogique (enseignant de l’UFR ou des partenaires associés) qui évalue sa progression aussi bien au niveau pédagogique qu’en entreprise. Le tuteur visite au moins une fois son apprenti en entreprise. Il l’aide à la rédaction de ses rapports (projet tuteuré, rapport final) et à la préparation des soutenances (projet tuteuré, soutenance finale).
Un livret d’apprentissage permet de faire le lien, le maître d’apprentissage en entreprise et le tuteur pédagogique en formation devant renseigner et signer à chaque alternance.
Les promotions sont de petite taille, généralement 16 apprentis, ce qui permet d’identifier très rapidement un problème que pourrait rencontrer un apprenti en entreprise ou en formation.

Pour les parcours SC-IRL et VM-IRL, participation au salon Forum Labo. Pour le parcours CSHPSP, sorties botaniques et visites d’herbiers.

Pour le parcours Q3PC, mise à niveau en microbiologie prévue en début d’année pour les étudiants issus de filière chimie.