Project Description

Qualité, hygiène, sécurité, santé, environnement

Type de formation : Licence Professionnelle – Formation en un an
Liste des parcours :
Bio-analyses et qualité pour les laboratoires de biologie médicale – (UPSUD)
Lieu(x) d’enseignement : UFR PHARMACIE (UPSUD)

L’objectif est de former par connaissances et compétences des techniciens supérieurs pouvant s’adapter rapidement aux évolutions constantes dans le domaine des examens de biologie médicale en vue de l’accréditation des laboratoires de biologie médicale (LBM) selon la norme ISO EN NF 15189 (loi de 2013) et du suivi de l’accréditation.

A l’issue de la formation, l’étudiant devra savoir :

– Effectuer un prélèvement veineux au pli du coude,
– Réaliser des analyses sur des automates de biochimie,
– Hématologie,
– Immunologie ou immuno-hématologie,
– Bactériologie-virologie
– Des examens de parasitologie,
– Toxicologie-pharmacologie,
– Anatomo-pathologie avec des méthodes alternatives manuelles ou moins automatisées.

Il devra connaître les modalités du contrôle de qualité et aura participé au processus d’accréditation ou de certification. Il aura acquis des compétences techniques sur les réactifs et les instruments d’analyse. Il doit donc en connaître les principes sur des bases de physique, chimie analytique et mathématiques appliquées. Il saura appliquer et suivre les recommandations d’hygiène, de sécurité et de respect environnemental attenant aux activités des LBM.

Diplômes pré-requis :

  • BTS Analyses de Biologie Médicale (ABM),
  • BTS Bio-analyses et contrôles (BAC),
  • BTS Anabiotech,
  • DUT Génie Biologique option Analyses Biologiques et Biochimiques (ABB),
  • Et diplômes équivalents prévus par l’arrêté .

Secteur d’activité :

Surtout les laboratoires de biologie médicale (LBM) publiques ou libéraux :

Comme technicien supérieur polyvalent d’analyses de biologie médicale ou responsable de plateau technique

Comme technicien supérieur référent en qualité ou responsable assurance qualité (RAQ)

Comme technicien supérieur spécialisé en métrologie, validation de méthodes, qualification des équipements, informatique de laboratoire

Comme technicien supérieur référent type « ingénieur d’application » en LBM (spécialiste spectrométrie de masse, biologie moléculaire, cytométrie en flux…) et dans les entreprises du diagnostic in vitro, les laboratoires de Recherche et Développement des industries pharmaceutiques, cosmétiques et agroalimentaires.

Insertion professionnelle :

Les laboratoires de biologie médicale des secteurs public (CHU, CHG, CH) et privé (LBM, cliniques et autres établissements de santé), plus secondairement les industries du diagnostic in vitro (réactifs, appareils, automates), les industries pharmaceutiques et des produits de santé, cosmétiques et agro-alimentaires.
Comme :

Techniciens supérieurs polyvalents ou spécialisé dans un domaine de biologie médicale

Techniciens supérieurs référents qualité, ou métrologie ou référent assurance qualité (RAQ), ou spécialisé en qualification des appareils, informatique de laboratoire, dans les nouvelles technologies (spectrométrie de masse, NGS, cytométrie en flux, chaîne analytique automatisée…) »

Il y a pas de passerelle car le métier de technicien de laboratoire de biologie médicale est défini par l’arrêté du Code de la Santé Publique (du 21 octobre 1992) donnant la liste des diplômes autorisant à exercer ce métier, en particulier les BTS Analyses de Biologie Médicale, Bio-analyses et contrôles, et AnaBiotech, et le DUT Analyses Biologiques et Biochimiques…

– Savoir réaliser un prélèvement biologique : formation théorique au prélèvement sanguin veineux, et pratique si certificat de prélèvement (proposé dans la formation); apprentissage en laboratoires de biologie médicale (LBM) et mises en situation; bloc de compétences « Prélèvements biologiques, hygiène et sécurité » S2

– Savoir travailler en laboratoire en observant les règles d’hygiène et de sécurité et en respectant l’environnement; apprentissage en LBM; bloc de compétences « Prélèvements biologiques, hygiène et sécurité » S2; mémoire tuteuré et/ou final.

– Savoir enregistrer une demande d’examen dans le système informatique du laboratoire (SIL); bloc de compétences « Informatique, statistiques et culture numérique » S2; apprentissage en LBM; mémoire tuteuré et/ou final

– Compétences techniques dans l’utilisation d’automates réalisant des analyses biomédicales, en particulier en biochimie, hématologie (hémostase, hématologie cellulaire, immuno-hématologie), immunologie/virologie, pharmacologie/toxicologie; nécessitent des connaissances en physique, chimie et biologie, informatique; principes sur des bases données par la formation initiale (BTS, DUT…) et le bloc de compétences « Outils pour l’analyse biomédicale » S1; apprentissage en LBM; mémoire tuteuré et/ou final

– Compétences techniques sur des méthodes manuelles ou moins automatisées, en particulier utilisant la chromatographie, l’électrophorèse, la biologie moléculaire, la bactériologie, la parasitologie, l’anatomo-pathologie, dont des méthodes en plein développement comme la spectrométrie de masse, la cytométrie en flux, le séquençage d’acides nucléiques; apprentissage en LBM possible; travaux pratiques (chromatographie, électrophorèse, biologie cellulaire) dans bloc de compétences « Outils pour l’analyse biomédicale » S1; mémoire tuteuré et/ou final

– Connaissances et compétences en assurance qualité pour les LBM, centrées sur la norme ISO EN NF 15189; bloc de compétences « Assurance qualité, normes et management; accréditation des LBM » S1 + S2; mises en situation, jeux de rôles (en petits groupes); apprentissage en LBM; mémoire tuteuré et/ou final

– Savoir valider une méthode de dosage ou un examen qualitatif, gérer le stock des réactifs, assister à la qualification des appareils; bloc de compétences « Informatique, statistiques et culture numérique » S2; apprentissage en LBM; mémoire tuteuré et/ou final

– Savoir communiquer en utilisant les nouvelles techniques de l’information; bloc de compétences « Communication et bureautique » S1 + S2; enseignements dirigés et mises en situation; mémoire tuteuré et/ou final

– Le tuteur pédagogique accompagne l’étudiant apprenti tout au long de sa formation, par contact téléphonique et par visite en entreprise au cours de la visite d’installation puis dans la période de préparation du projet présenté dans le mémoire tuteuré; il aide l’étudiant dans la réalisation des deux mémoires (tuteuré en S1 et final en S2)

Projet tuteuré : pendant une période de 5 semaines en entreprise, sur un travail prévu avec le maître d’apprentissage et le tuteur pédagogique portant sur une technique ou un domaine de la biologie médicale, ou de l’assurance qualité en laboratoire de biologie médicale avec présentation sommaire de l’entreprise, soutenance fin mars devant un jury.

Projet final : pendant le reste de l’année d’apprentissage, toujours encadré par le maître d’apprentissage et le tuteur pédagogique, sur un autre sujet que le précédent, ou complémentaire, avec soutenance devant le même jury fin septembre.

Non