Semaine de l'égalité 2021 "La santé a-t-elle un genre ?"

Egalité - Diversité - Handicap Article publié le 03 mars 2021 , mis à jour le 25 mars 2021

Dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes, l'Université Paris-Saclay organise pour la sixième année consécutive, la Semaine de l'égalité en mars, sur la thématique de Genre et Santé.

De l’accès aux soins aux pratiques médicales en passant par la formation ou la gouvernance, les situations d’inégalités et de discriminations dans le domaine de la santé sont une réalité incontestable. En témoigne le rapport du Haut Conseil à l'Egalité entre les Femmes et les Hommes: " Prendre en compte le sexe et le genre pour mieux soigner, un enjeu de santé publique". Avec une pandémie mondiale comme catalyseur, on ne peut plus ignorer toutes ces femmes en première ligne aux métiers sous-valorisés, plus exposées à la précarité et aux violences sexistes et sexuelles, davantage confrontées au poids de la charge mentale, et de fait, moins disponibles pour leur recherche et leur évolution professionnelle. « Nommer c’est dévoiler, et dévoiler c’est déjà agir », disait Simone de Beauvoir.

Alors à partir du 8 mars et tout au long du mois, nommons et dévoilons au travers des dessins de Catel, des webinaires, des expositions virtuelles, des tables-rondes et conférences virtuelles et agissons ensemble pour une santé plus égalitaire.

Pour voir ou revoir l'inauguration de la semaine de l'égalité et le lancement de la campagne contre la précarité menstruelle : https://www.youtube.com/watch?v=tuCtCzPdH0o

Exposition virtuelle « La santé a-t-elle un genre ? » de Catel

Une exposition virtuelle sur le thème de la santé, réalisée par la dessinatrice Catel est disponible via le lien suivant.
La COVID-19 a changé nos habitudes, et a malheureusement accentué les inégalités déjà présentes au sein du foyer ou du travail par exemple, ou encore dans le traitement médical des femmes dans tout ce qui touche à notre santé. La charge mentale pendant le confinement, le syndrome du choc toxique, les violences gynécologiques, la dessinatrice Catel nous sensibilise sur ces inégalités au travers de ses vingt dessins.

L'exposition est disponible à partir du 8 mars à la Bibliothèque Universitaire rue du Doyen-Poitou 91405, Orsay cedex (Bâtiment 407)
Découvrez l’exposition ici

Vous pouvez retrouver le kit comm sur ce lien : https://cirrus.universite-paris-saclay.fr/s/PB4WopHQ7F7yiJt

Au programme

Expositions, débats-rencontres, tables rondes, etc. tout en virtuel !

  • Jeudi 4 mars, 18h : Lutte contre les harcèlements : un webinaire pour présenter les dispositifs de lutte contre les discriminations et les harcèlements, avec la participation de Clasches (webinaire à destination des doctorants)
  • Lundi 8 mars, de 9h30 à 11h30 : L'excision, on en parle ?! avec des témoignages et des intervenants experts, Hawa Camara, Psychologue clinicienne, AP-HP, Hopital Cochin, Docteur en psychologie de l'Université Paris Descartes. Lien de connexion (code secret du webinaire : 36607)

  • Lundi 8 mars, 16h : Concert - Quatuor de l'Orchestre de l'Opéra National de Paris, suivi d'une rencontre avec les étudiant·e·s de l'Université Paris-Saclay et de l'ENS Paris-Saclay (pour voir ou revoir cliquez ici : https://www.youtube.com/watch?v=TJvSSk-1T-Y)

  • Lundi 8 mars, 17h30 à 19h30 : l'égalité professionnelle hommes-femmes chez les Ingénieur·e·s, table-ronde en visioconférence organisée par CentraleSupélec. Lien pour s'inscrire et lien pour assister à la Table Ronde

  • Mardi 9 mars , 12h00-13h30 : Bien-être des étudiant.e.s LGBT dans l'enseignement supérieur, avec la participation de Suzanne Robin-Radier, Ingénieure d'étude et membre de l'association EclairE, Lucie Pallesi, Doctorant.e à la Faculté des Sciences du Sport sous la direction d'Anaïs Bohuon, Professeure des Universités à la Faculté des Sciences du Sport de l'Université Paris-Saclay et socio historienne.
  • Jeudi 11 mars, de 18h30 à 20h : Comment et pourquoi la crise sanitaire creuse les écarts entre les femmes et les hommes ? conférence d'Anne Lambert (INED) suivie d'un temps d'échanges avec les participant.es. S'inscrire au webinaire

  • Vendredi 12 mars, 12h30-14h : Prendre en compte le sexe et le genre pour mieux soigner/ Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh), avec la participation de Paola Bergs, Secrétaire générale du HCEfh et Catherine Vidal, Chercheuse en neurobiologie, experte associée et rapporteuse. Revoir la vidéo
  • Jeudi 18 mars, 12h-14h : Conférence communication égalitaire, avec la participation de Eliane Viennot, Professeuse émérite de littérature française de la Renaissance, historienne de la littérature et des relations de pouvoir entre les sexes. Lien pour revoir la conférence en vidéo
  • Jeudi 25 mars, de 12h30 à 14h : Le sport a-t-il un genre ? table-ronde virtuelle avec la participation de Christian Bordeleau, membre de la section "natation artistique" du club Paris Aquatique, Alice Delmer, ancienne élève de l'ENS Paris-Saclay et lanceuse de marteau, Anne Schmitt, Sociologue, et Nathalie Sonnac, professeure des universités et membre du Collège du Conseil supérieur de l’audiovisuel. Lien pour s'inscrire
  • Vendredi 26 mars, de 13h15 à 14h15 : Wébinaire Parole d'entrepreneurE, avec Camille Maldjian, co-fondatrice d'EZYMOB, l'assistant personnel pour déficients visuel. Organisé par le pôle Entrepreneuriat de l'Université Paris-Saclay, cet événement est sur inscription : lien pour s'inscrire à l'événement.

 

Campagne contre la précarité menstruelle :

Cette année l’Université Paris-Saclay s’engage contre la précarité menstruelle des étudiant.es. La campagne est lancée le 8 mars 2021. Cette situation de précarité intolérable touche particulièrement les étudiant.es.

Les femmes sont davantage touchées par la pauvreté que les hommes, notamment entre 18 et 29 ans. (1)

8% des femmes et filles interrogées déclarent renoncer à changer de protections périodiques autant qu’il le faudrait, faute de moyen (2)

Une femme dépensera en moyenne, 4500 euros pour s’acheter des protections hygiéniques au cours de sa vie (3)

Aujourd’hui, de nombreuses personnes se voient dans l’obligation de ne pas venir en cours, car les protections hygiéniques coûtent trop cher, d’autres n’ont pas le choix sur le type de protections (bio, réutilisables). Personne ne devrait avoir à se priver d’autres biens au profit de ses protections périodiques, ou ne pas utiliser des protections adéquates. Une mauvaise utilisation de ces protections peut entrainer des complications (syndrome du choc toxique). L’utilisation de protection de fortune peut également engendrer des infections et autres désagrément de santé. Ces situations intolérables sont créatrices d’inégalités des chances. C’est pourquoi l’Université Paris-Saclay a décidé avec l’aide de l’association Marguerite et Cie, d’installer des distributeurs de protections hygiéniques dans ses établissements, pour permettre aux étudiant.es les plus fragiles financièrement de vivre leurs règles sans se soucier du coût.

Pour illustrer la campagne et  sensibiliser sur ce sujet, les planches de la dessinatrice Besse seront disponibles sur tous nos réseaux sociaux.


Pour plus d’informations sur la campagne de lutte contre la précarité menstruelle, rendez- vous sur : https://www.universite-paris-saclay.fr/stop-precarite-menstruelle

Retrouvez tous les dessins de la campagne sur nos réseaux :


Facebook : https://www.facebook.com/UParisSaclay

Twitter : https://twitter.com/UnivParisSaclay

Instagram : https://www.instagram.com/universite_paris_saclay/

LinkedIn : https://www.linkedin.com/school/universit%C3%A9-paris-saclay/?originalS…

Cette opération a reçu des financements du fonds CEVEC, de la Préfecture de l’Île-de-France, du Département de l’Essonne, de la Communauté d’Agglomérations Paris-Saclay, du CROUS de Versailles. Elle est également soutenue par la Fondation Paris-Saclay Université.

Notes :
1. https://www.insee.fr/fr/statistiques/3567016
2. Selon un sondage réalisé par l’Ifop
3. https://www.bloodygoodperiod.com/